Portrait
Busdriver



Busdriver. Voilà un pseudonyme aussi peu commun que le personnage qui fut un fervent utilisateur des transports en commun californiens durant sa jeunesse, mais qui est aujourd'hui devenu l'un des MC qui représente le mieux la scène underground de Los Angeles, une scène hiphop qui ne cesse de monter. Présent dans le mouvement depuis la fin des années 80, il fait désormais figure de vétéran mais la véritable force de ce MC charismatique se trouve dans son flow tout simplement surpuissant, totalement hors norme par ses qualités d'exécution unique et ce style qui combine des éléments du jazz vocal, du mot parlé avec la précision d'un métronome. Le tout avec des lyrics pleins d'esprits et d'associations incisives.

Influencé par le chanteur de jazz Jon Hendricks ; ainsi que par "Run-DMC", Fat Boys ou encore LL Cool J, Busdriver (de son vrai nom Regan Farquhar) commence à rapper dès l'âge de neuf ans. Il fait alors partie du crew, 4/29, (baptisé ainsi en référence aux émeutes de L.A. de 1992) et sort même son premier album, à l'age de treize ans ! En 93 il devient membre de Project Blowed (label crée par Aceyalone et Abstract Rude). Cette collaboration dure plusieurs années durant lesquelles il enregistre quelques titres avec CVE, Riddlore ou encore Fat Jack. Mais il reste inconnu, bien que reconnu pour ses prestations live et ses freestyles, il décide alors de tenter une carrière solo, aidé en cela par ses amis du Project Blowed. Il va enfin sortir son véritable premier LP. La production sera (mal !) assurée par CVE et "Memoirs Of The Elephant Man" arrive donc en 2001, véritable ovni qui partagea les opinions entre détracteurs et défenseurs. Peu de temps après, Busdriver enchaîne sur un nouvel album sorti sur Afterlife et intitulé "This Machine Kills Fascists", hélas très moyen, qui passa pratiquement inaperçu et ce même dans l'underground, tout comme "This Machine Kills Fashion Tips".



2002 est une grande année pour Busdriver. Il sort l'album de la consécration avec "Temporary Forever" ou les prods de Daddy Kev nous font oublier celles de CVE et ou toute l'habilités de Busdriver ressort sur cette galette, pleine d'humour, perspicace, poétique, et encore plus habile. Il est en totale phase avec sa musique et ce pour notre plus grand plaisir.

Début 2003, un classique s'annonce : il se nomme "The Weather". Il aligne Busdriver aux cotés d'un Daedelus équipé de productions que l'ont diraient tout droit sorties de cantines pour enfants et du rappeur et ancien Shapeshifter Radioinactive qui devient un coéquipier de premier rang ici tant il complète quasi-parfaitement Busdriver pour cette véritable boucherie verbale ! Un album de qualité qui complète le CV du «Bus» de belle manière.

Busdriver est en train d'imposer son style unique dans le monde du hip hop. Il a déjà conquis un public recherchant de nouveaux flows, de nouvelles sensations. Mais parviendra t-il un jour à dépasser le simple cercle de l'underground de L.A. ? A suivre.

MC23
Juin 2003

Articles

News

Chroniques

Interviews

Audios

Recherche

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Copyright 2000-2008 Hiphopcore.net