Concert
Jurassic 5



Lieu: l'Elysée-Montmartre, Paris
Date: Dimanche 16 Mars 2003

16 Mars 2003. Voici enfin le jour tant attendu. Après 5 heures de route, prise de position devant l'Elysée Montmartre, parmi les premières personnes, attendant la fameuse ouverture des portes, billets en poche. On entend les basses qui résonnent jusque dehors. 19h30 : c'est parti ! Feu vert des vigiles. On monte les escaliers tranquillement. Blaze récupère son petit pass photographe pour accéder à la fosse et filmer le concert (le veinard) et nous voici dans la salle où DJ Format est déjà sur les platines en plein effet. Première chose : direction le stand Jurassic 5 pour quelques achats (t-shirts, pulls et autres bonus essentiels). Ensuite, il est temps de prendre place devant la scène, histoire de se chauffer un peu avant l'arrivée de Jurassic 5. DJ Format enchaîne disque sur disque ou plutôt, devrait-on dire, bombe sur bombe en nous sortant des disques funk/soul assez anciens alternés avec quelques disques de hip-hop plus classiques. Le public répond assez bien tandis que la salle se remplit peu à peu.

Lorsque la salle est comble, MC Abdominal, canadien de son état et emcee extraordinaire, déboule sur scène pour prêter main forte à son compère anglais qui reste aux platines. 2-3 phrases en français pour prendre contact rapidement avec le public et la mise en scène bien rodée du duo commence. Alors qu'Abdominal nous demande si l'on apprécie la cuisine, les deux compères sont déjà en train de revêtir des tabliers de cuisine sur lesquels sont symbolisés le corps d'une femme nue pour DJ Format et des abdos bien dessinés pour le emcee qui porte alors bien son nom. Le show commence donc au son de 'Ill Culinary Behaviour'. Pas de round d'observation : le duo s'est déjà mis le public dans la poche et met tout simplement le feu. Format et Abdominal se lancent donc dans un jeu de questions-réponses platines-micro renversant. S'en suit un lancer de chips et de CDs dans le public (dont le chanceux Cobalt a réussi à attraper un exemplaire au vol). Les chansons extraites de l'album de DJ Format "Music For The Mature B-Boy" s'accumulent ('Vicious Battle Raps', 'The Hit Song') alors qu'Abdominal nous fait des démonstrations de sa maîtrise impressionnante de la respiration. Aspirant une gigantesque bouffée d'air, il part dans un freestyle jusqu'à bout de souffle qui finit de lui acquérir la sympathie des derniers récalcitrants du public. Et Abdominal d'enchaîner les freestyles. Rien d'extraordinaire, me direz vous... Sauf qu'il le fait en français !! Certes, il a un peu de mal par moment, mais il reste sur le beat, trouve toujours des rimes et met au final des roustes à bien des emcees français. Une telle performance est de plus à saluer venant d'une personne dont l'Anglais est la langue maternelle. La foule ne se prive d'ailleurs pas de faire comprendre à Abdominal qu'elle prend son pied. Le clou du spectacle (ou plutôt de cette première partie) est une nouvelle fois du grand art. Imaginez vous en train d'inspirer entièrement un ballon rempli d'hélium… Que faire de tout ce gaz ? Et bien, c'est simple pour Abdominal, il suffit de mettre un instru de 33 tours en 45 et de rapper dessus en vitesse accélérée aussi. Tous simplement ébahis par un tel spectacle, nous voilà littéralement subjugués par le flow de ce emcee. Malheureusement (si l'on peut dire) c'est déjà la fin et le duo quitte la scène sous les applaudissements. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le public est à bloc et n'attend plus qu'une chose : Jurassic 5. On attend avec impatience de voir quelle suite le groupe californien va pouvoir donner à une première partie d'un tel acabit.



Une petite pause s'impose le temps pour les techniciens de mettre tout en place. Il est donc temps pour Blaze de prendre sa place de privilégié dans la fosse entre la scène et le public. Les lumières diminuent… On voit discrètement s'installer derrière les platines Cut Chemist et Nu-Mark. Le public les acclame dans la pénombre. Les spots s'allument soudain. Nu-Mark introduit la première chanson en scratchant et c'est alors qu'arrive un à un Zaakir, Charli 2Na, Akil & Marc 7. Leurs prestances sur scène, l'énergie qu'ils dégagent est inimaginable et indescriptible. Ils enchaînent les chansons les unes après les autres avec un sens du rythme et de l'à-propos fantastiques. Agréablement surpris par l'accueil enthousiaste du public, le groupe est aux anges et ça se voit. Tout sourire, il enfile les titres avec un authentique plaisir en rebondissant sur les rythmiques sans jamais rater un seul beat. A chaque apparition au micro de Chali 2Na (le chouchou évident de la salle), des cris de joie accompagnent chacun de ses mots. Premier passage de Nu-Mark sur sa boite à rythmes. Le voilà en train de créer un beat avec ses poings ('Grindin' pour être précis)… et là, surprise : Akil, Zaakir, Marc 7 et Chali 2Na se transforment en groupe vocal chantant quelques rimes l'espace d'un instant. Une fois de plus, la salle s'enflamme et c'est reparti de plus belle. C'est ensuite au tour de Cut Chemist de faire une petite démonstration de scratch. Puis Nu-Mark s'installe sur une batterie. Les morceaux se suivent mais ne se ressemblent pas et c'est tant mieux. A ce moment du concert, on pense déjà avoir vu suffisamment de choses. Mais c'est sans compter sur Nu-Mark. Le voilà en train de s'installer devant le public avec une mallette de jeux Fisher Price. Que peut-il encore nous réserver ? On distingue des dés sans pouvoir deviner leur utilité. C'est alors que Nu-Mark se met à "jouer" un morceau a lui tout seul. Il crée son beat et modifie ses samples en changeant de face les dés… Incroyable. Nu-Mark fait du beat-juggling sur un Fisher Price ! La foule n'en revient pas et, après quelques instants passés à se demander comment il fait sortir de tels sons de ce jouet, elle l'acclame à bâtons rompus. Tout simplement inimaginable. Ailleurs dans le show, les 2 DJs nous refont une démonstration mémorable. Cut Chemist prend sa platine en bandouiller ; Nu-Mark met sa MPC autour du cou et les voilà arpentant la scène tout en scratchant et frappant la rythmique. Hallucinant. A ce stade du concert, pour vous donner une idée de la qualité du show, on a déjà été conviés tout d'abord à quelques-uns des meilleurs morceaux de "Power In Numbers" bien sûr ('Freedom', 'If You Only Knew', 'Break', 'High Fidelity', 'I Am Somebody') mais aussi à de nombreux extraits de "Quality Control" (dont 'Quality Control' et 'Jurass Finish First') et du "LP" fondateur ('Concrete Schoolyard', 'Improvise', 'Without A Doubt'). Vrai hommage à ses fans : le groupe nous a même offert une version live de son tout premier titre 'Unified Rebelution'. Le show continue toujours, débordant d'énergie et de bonheur et c'est alors que le groupe quitte la scène…

Déjà la fin ? Comment est ce possible ? Les hip-hoppers présents dans la salle hurlent alors de toutes leurs forces pour demander au groupe de revenir. Et bien sûr, après s'être faits attendre, les 6 membres du groupe reviennent pour un long rappel. Et rares furent les rappels aussi intensifs pour un groupe. Il a bien fallu 4-5 minutes pour que le groupe réapparaisse sur scène ; ils se sont fait désirer mais c'est assez normal quand on voit une de leurs prestations. On recommence avec un morceau inédit, se basant sur les faits actuels de la politique américaine. Ce morceau dénonçant l'idiotie de Bush, a pour mérite en plus de faire vraiment réagir au plus haut point la foule qui, même si elle ne comprend pas forcément l'Anglais, comprend très bien le "FUCK THE PRESIDENT" lancé par Chali 2Na au tout début du morceau. Le public est aux anges et l'ambiance atteint son paroxysme. Ils poursuivent ensuite sur 'What's Golden' qui permet de garder la température au maximum. Il est alors temps pour chacun de reprendre ses esprits et d'allumer son briquet pour toutes les demoiselles de la salle ainsi que pour Jam Master Jay. En effet, 'Thin Line' est la suivante dans leur répertoire et J5 souhaite rendre un dernier hommage au pionnier de Run DMC. Le concert continue. On a le droit à une version endiablée de 'A Day At The Races'. Tous les emcees de Jurassic 5 se lancent dans un grand freestyle… et malheureusement, la "vraie" fin approche. Chacun des membres remercie le public pour l'accueil formidable qu'ils ont eu. S'en suit une séance de dédicace sans fin… aussi bien sur la scène que dans la salle (pour Nu-Mark et Abdominal). Longtemps le groupe reste à discuter avec ses fans, à poser pour quelques photos et à signer le moindre bout de papier qui leur est tendu. Quelle attitude professionnelle ! Quel respect de son public ! Merci Jurassic 5. Malheureusement pour nous, il est temps de partir… Encore 4 heures de route pour certains avant de retrouver nos lits. Mais nous voilà repartis en ayant vu un des meilleurs concerts, si ce n'est le meilleur qu'il nous ait été donné de voir jusqu'à présent. Seul regret : ne pas avoir entendu plus de leurs anciennes chansons. Mais bon on ne peut pas tout avoir. Ce fut donc un très bon concert… ou plutôt un concert d'anthologie. Un de ceux où il est quasiment impossible de décrire tout ce qui s'y est déroulé, même si nous avons essayé de le faire ici. Nous pensions que Jurassic 5 était LE groupe actuel à voir en live. Maintenant, nous en sommes convaincu et nous n'avons qu'une envie, c'est de les revoir dans nos contrées… A quand un concert de Jurassic 5 avec Hiphopcore ?

Blaze et Cobalt
Mars 2003

Articles

News

Chroniques

Interviews

Audios

Recherche

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Copyright 2000-2008 Hiphopcore.net