Portrait
Redman



Redman (Reggie Noble de son vrai nom) a.k.a. le "Funk Doctor" a d'abord été DJ sous le nom de Kut Killa, mais il s'est rapidement désintéressé des platines au profit du micro, il fonde un groupe Revolutionnary Possee of Terrorist avec Dupree depuis renommé Do It All des Lords of the Underground. Lors d'un concert d'EPMD dans le New-Jersey, les 2 compères font connaissance d'Erick Sermon à qui il rappe par téléphone ses nouveaux textes; après une apparition sur scène remarquée Reggie se rapproche peu à peu du Hit Squad (EPMD, Das Efx et K-Solo). Quand il ne sait plus ou logé suite à des problèmes avec la justice (pour avoir dealer), il est hébergé par Sermon.

Redman lache ses premières rimes à l'attention du grand public sur 2 morceaux de "Business As Usual" d'EPMD sorti en 1991. La suite logique est la sortie d'un premier album solo, ce sera "Whut? Thee Album" sorti chez Def Jam. Il est produit en quasi totalité par Sermon, le son est lourd, le funk est omniprésent comme sur "Blow Your Mind" ou l'excellent et évocateur "How To Roll A Blunt", pas étonnant pour cet inconditionnel de la marijuana, source d'inspiration qui ne le quittera d'ailleurs pas.

Les 2 albums suivants : "Dare Iz A Darkside" et "Muddy Waters" sont disques d'or et c'est "Doc's Da Name" (le 4ème album) qui offre la consécration du disque de platine en 1998 avec des tueries : "I'll Bee Dat!", "Brick City Mashin'!".

"Malpractice" (le 5ème et dernier album en date) sort durant l'été 2001 et reste dans la lignée de ses prédecesseurs, un tracklisting à n'en plus finir (23 titres) et des invités tout aussi innatendu que le très doué Adam F (producteur anglais, qui prend en charge l'intro et le bonus track de l'album, également présent sur son album solo "Kaos") ou George Clinton (l'idole de sa jeunesse) sur le titre "J.U.M.P.", et des titres puissants comme "Diggy Doc", "Lick A Shot" ou "Let's Get Dirty" ou encore "Enjoy Da Ride" ou l'on retrouve son grand compère Method Man avec qui il sorti l'album "Blackout" (sur lequel se trouve le classique "Da Rockwilder") et plus récemment la B.O. du film "How High" dans lequel ils jouent tous les deux.

Bref même s'il ne varie pas beaucoup ses thèmes qui se résument à la weed, les femmes et l'argent, Redman ne déçoit jamais grâce à une recette bien ficelée du rap bien funky, beaucoup de titres (dont une bonne part d'interludes) et le public suit.

Dext
Février 2002

Articles

News

Chroniques

Interviews

Audios

Recherche

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Copyright 2000-2008 Hiphopcore.net