Portrait
MC Serch



Dans un milieu où les MC's aux dents longues, serties d'or et de diamants, pullulent comme le nombre de personnes souffrant d'un mauvais fonctionnement du sens critique après la lecture intensive du Figaro, la chance de se faire une place au sommet des hits parades de la qualité artistique est souvent l'affaire d'une bonne conjonction des astres du Hip Hop et surtout du bon usage d'un carnet d'adresse bien rempli. Le rap game est dirigé par tout un réseau d'influence qui s'évertue à faire et défaire les carrières. On peut être un rappeur dont les œuvres n'ont pas soutenues l'industrie de location des voitures de luxe, mais jouer un rôle important dans le développement de la scène Hip Hop.

MC Serch est un pur produit du parc PS 163 de Brooklyn, un haut lieu occulte de la culture Hip Hop, ou sévissaient entre autres, Bobbito Garcia et une grande partie des héros de l'underground New Yorkais des années 90. Il débute sa carrière comme Maître de Cérémonie dans les mythiques blocks parties du début des années 80, puis écume les clubs où il s'amuse à dessouder les réputations des rappeurs passés sous sa mitraillette verbale. A l'époque, c'était plutôt rare, et mal vu, qu'un blanc ose prendre le micro et défende les valeurs de la culture Hip Hop. En 1986, il enregistre un single, 'Hey Boy', pour un label indépendant appelé Idlers. Le maxi distribué, à très peu d'exemplaire, arrive tout de même sur la platine de Sam Sever, un producteur en cheville avec un étudiant en poésie de la Columbia University qui œuvre sur les ondes de la radio WKCR sous le nom de Pete Nice. Il détecte une possible alchimie entre les deux MC's et les convainc de travailler ensemble. Third Bass voit le jour et l'arrivé d'un troisième membre, DJ Richie Rich (le seul Afro-américain du groupe), en 1987. Il ne leur faudra qu'une année et quelques démos financées par leur mentor, Sam Sever, pour être repéré par les oreilles expertes des directeurs artistiques de Def Jam. Après les Beastie Boys, Third Bass fut le deuxième groupe de rap dont les leaders étaient des blancs à être signés sur le label. Leur démarche est par contre sensiblement différente des militants pour les droits à la fête. MC Serch et Pete Nice avaient pour ambition de montrer que les Afro-américains issus des classes défavorisés de la société américaine n'avaient pas le monopole de la culture Hip Hop, mais que celle-ci ne se soucie guère de la couleur de peau, du pays, de la religion et de l'étendu du compte en banque, tant que le talent est présent. En 1989 arrive dans les bacs "The Cactus Album" sur lequel se sont attelés à la production Prince Paul et le Bomb Squad. Marqué par le sceau des classiques, l'album ne connu pas le succès auquel il pouvait s'attendre après les critiques élogieuses qu'il obtint à sa sortie. Sur le titre 'Gasface', MC Serch invite Zev Love X, un de ses potes d'enfance, à transmettre son amour des belles rimes. Ce dernier, membre du groupe KMD, changera de nom pour Metal Face Doom après la mort de DJ Subroc avec qui il partageait la production de "Mr Hood" et de "Black Bastards", les deux albums du groupe. MF Doom n'hésite pas à dire de MC Serch : "I really got into the game thought Third Bass & MC Serch. He got into the game and started to introduce me to people". En 1990, "The cactus Album" est revisité par quelques-uns des plus grands producteurs de l'époque. Prince Paul y fait de nouveau merveille dans le maniement de la MPC. L'année d'après, Def Jam publiera "Derelicts Of Dialects" le deuxième, et dernier, véritable album du groupe. Sur le titre 'Pop Goes The Weasel', les deux MC's s'en prennent à Vanilla Ice, le pantin créé par EMI dans le but de profiter au maximum du phonème rap music sans choquer la morale des WASP's. En se fendant d'un titre équivoque contre le rappeur du bac à glaçons (et accessoirement le premier "artiste" managé à la force des poings par Suge Knight - le futur boss de Death Row), ils entament un combat contre l'esprit sectaire du milieu, et montrent que l'on peut être blanc, de confession juive, mais respecter et défendre les valeurs de la culture Hip Hop. 1991 sera pourtant l'année de toutes les ruptures. Pour de sombres problèmes de royalties, Professor Griff alors ministre de l'information de Public Enemy et manageur officieux du Bomb Squad, va provoquer un véritable scandale en insultant MC Serch de "sale juif" à l'intérieur même des locaux de Def Jam. Ce qui lui vaudra d'être exclu du groupe par Chuck D. Il ne reviendra qu'en 1997. De plus, Third Bass miné par les problèmes d'ego et de divergence artistique se dissout. Pete Nice et DJ Richie Rich retravailleront ensemble pour l'écriture et la production de l'album "Dust To Dust", paru en 1993.

Sur "Breaking Atoms" l'excellent premier album de Main Source, Large Professor se sentant un peu seul au micro à la bonne idée d'inviter Akinyele, Fatal et un rappeur issu du gouffre qui se fait appeler Nasty Nas à poser sur le titre 'Live At The Barbecue'. MC Serch venu manger quelques côtelettes, est époustouflé par la prestation de ce dernier. Il le prend sous son aile bienveillante et lui propose d'enregistrer un titre qui figurera sur la Bande Originale du film Zebrahead, paru en 1992. La même année, MC Serch sort son unique album solo "Return Of The Product", où figure le titre 'Back To The Grill' en featuring avec Chubb Rock, Red Hot Love Tone et Nas, qui se veut une réponse directe à 'Live At The Barbecue'. Ce morceau, qui célèbre l'influence de la cuisson des merguezs sur la culture Hip Hop, reste l'unique succès commercial de MC Serch. Par contre, trois titres suffiront à Nas pour lancer sa carrière. Il signe un contrat avec Columbia, et enregistre son premier album. Celui-ci est produit par Pete Rock, Large Professor et DJ Premier, des proches de son protecteur. MC Serch entre alors dans l'histoire du Hip Hop en devenant l'executive producer d'"Illmatic". Cette expérience marquera son intronisation dans les arcanes du business musical. Il est recruté par Wild Pitch, et occupe jusqu'aux ultimes heures du label les postes de directeur artistique et de vice-président. Il signera des artistes proche de son cercle d'influence comme Main Source, The Coup, Ultramagnetics MC's… Dans une des émissions du "Stretch and Bobbito Show", il repère O.C., un jeune MC qui venait juste de sortir son premier maxi où officie à la production et aux platines un certain Roc Raida. En 1995, le mythique label ferme ses portes. MC Serch part avec les maquettes d'Arsonits et de Non-Phixion, deux groupes prometteurs qui seront les uniques fers de lance de Serchlite Music, le label qu'il vient de créer. Les premiers ne sortiront qu'un maxi, 'Vernom', puis rejoindront les rangs de Fondle'em. Non-Phixion seront à peine plus prolixe, mais leurs disques auront une résonance considérable dans l'undeground. Le 12'inch "Legacy" b/w "Tomorrow" se vendra à plus de 100 000 exemplaires. Face au succès, de fortes dissensions éclatent entre Ill Bill et MC Serch. Ce dernier voyait dans Non-Phixion l'opportunité de prendre sa revanche sur l'industrie musicale, ce qui n'était pas du goût des autres membres du groupe. Le disque suivant, "5 boros", sonnera le glas de leur relation, la fin du label et le début d'une longue traversée du désert pour MC Serch. Aujourd'hui il travaille pour la station WJLB qui émet à Détroit, où il s'occupe des programmes du matin. Il est le premier DJ non Afro-américain, depuis un certain Casey Kasemis, à travailler sur les ondes de la radio. En 2000, les membres de Third Bass laissaient entendre qu'ils pourraient reformer le groupe, mais aucun acte ne vient concrétiser l'information.

On ne peut pas dissocier l'œuvre de MC Serch d'un certain sens de l'opportunisme. Une partie de sa carrière s'est construite sur la gestion du talent de ses recrues. L'aventure Non-Phixion en est le parfait exemple. Mais il a su décomplexer toute une génération de B-Boys qui souffraient de n'avoir aucune légitimité faute d'être né dans le ghetto. Le Hip Hop est une contre culture nourrie d'influences diverses, qui se fout de l'origine ethnique. Seule la volonté de faire progresser les choses rentre en ligne de compte.

MelloW
Mai 2003

Articles

News

Chroniques

Interviews

Audios

Recherche

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Copyright 2000-2008 Hiphopcore.net